Friday, September 23, 2016

Academic Receives Award for Developing and Promoting isiZulu in SA

http://coh.ukzn.ac.za/news/16-09-22/Academic_Receives_Award_for_Developing_and_Promoting_isiZulu_in_SA

UKZN academic in the School of Arts Dr Gugulethu Mazibuko has been recognised and honoured with an award by the National Library of South Africa in Cape Town for being a ‘phenomenal woman in developing and promoting isiZulu in the country’.

                                Dr Gugulethu Mazibuko with her award for developing and promoting isiZulu in South Africa.

Said Mazibuko: ‘To me it shows that there is indeed a bright beckoning light at the end of this once very dark tunnel of developing African languages. It has been very hard for books written in African languages to be published and African languages are undermined and considered to be inferior to European languages.’

It was, however, the love of isiZulu that made Mazibuko decide to preserve, develop and promote isiZulu. She realised that for any language to be developed, there had to be enough literature. Her journey of writing started in 2000 while working for the Department of Education where together with colleagues wrote three grammar books titled Kuyasa.

In 2005, Mazibuko contributed short stories in a first isiZulu anthology written by women only titled Wathint’ Imbokode. ‘A remarkable feature in this anthology is that stories touch on things that can only be best expressed by women. You also get women’s objective perspectives on various topical issues such as abuse in its various manifestations,’ she said.

At the Department of Arts and Culture, Mazibuko was involved in the training of budding authors in literature as she believes outreach programmes are vital in unearthing and nurturing new talent. She then edited the first isiZulu short story anthology written by inmates from the KZN Correctional Centres titled Umuntu Akalahlwa. She also edited another anthology Isililo, written by youth from the deep rural areas of KZN.

As an academic since 2000, Mazibuko has done research on the development of isiZulu literature which has led to the publication of an article in the Current Writing Journal and a chapter in a book titled SA Lit Beyond 2000. As a female author she has also done research on tracing back isiZulu books written by women and realised that there is a huge gap between male and female authors.

She is involved in the UKZN Language Planning and Development Office project of developing budding authors and is working with reading and writing clubs while also participating in various national and provincial committees for the development of isiZulu.

Mazibuko is currently editing the first isiZulu academic book in the field of Onomastics titled Ubuciko Bokwethiwa Kwamagama. ‘It is my wish to see more academic books written in isiZulu as a way of implementing the Bilingual Language Policy of the University,’ she said.

Acting Dean and Head of the School of Arts Professor Donal McCracken added, ‘Dr Mazibuko is to be congratulated on receiving this prestigious award in a key area of development in the humanities. isiZulu is fundamental to the path we are treading in creating a university aligned to the realities of our society. In this endeavour we are a university leader. Such an award reaffirms us in this pursuit.’

Wednesday, September 21, 2016

Конференция "Ономастика Поволжья" 2016

Иностранные студенты УлГПУ приняли участие в XV Международной конференции «Ономастика Поволжья» в Арзамасе

http://www.ulspu.ru/press-center/news/news_2223.html

С 14 по 16 сентября 2016 года  иностранные студенты Ульяновского государственного педагогического университета имени И.Н. Ульяноваприняли участие в  XV Международной конференции «Ономастика Поволжья», проходившей на базе Арзамасского филиала Национального исследовательского Нижегородского государственного университета им. Н.И. Лобачевского. В ходе конференции студенты посетили круглые столы и заслушали интересные доклады участников об истории происхождения названий различных местностей Поволжья.

         В программу конференции входили экскурсии по городу Арзамасу, в Свято-Троицкий Серафимо-Дивеевский монастырь и в село Большое Болдино. Принимающей стороной был организован радушный приём, иностранные студенты УлГПУ подружились со студентами из Арзамасского филиала университета.

         Следующая XVI Международная конференция «Ономастика Поволжья»  пройдет в сентябре 2017 года в УлГПУ им. И.Н. Ульянова. Уже сейчас некоторые иностранные студенты  и магистранты заявили свои темы докладов на эту конференцию:
         Лу Юаньюань (Чаньчунь, КНР). Китайские топонимы в русском тексте.
         Гао Джэнъян (Чаньчунь, КНР). Способы передачи китайских личных имен в русских текстах.
         Чжу Юминь (Хайнань, КНР). Культурный ореол китайского личного имени.
         Аннаева Сона Аннамырат (Туркменабат, Туркменистан). Туркменскиеонимы в русском тексте.
         Овезова Айлар Язмурадовна (Дашогуз, Туркменистан). Традиции выбора личного имени в туркменской культуре. 
         Марелин Жильда Катерин (Безансон, Франция). Имя собственное как культурный символ.




XV Международная научная конференция «Ономастика Поволжья»

http://www.pgsga.ru/infocenter/news/22512.html

13-16 сентября 2016 года в Арзамасском педагогическом институте, который является филиалом Национального исследовательского Нижегородского университета им. Н.А.Лобачевского, проходила XV Международная научная конференция «Ономастика Поволжья». Эта конференция является традиционной, получившей широкую известность и признание, в том числе за пределами России. За 50 с лишним лет прошло 14 конференций с широкой географией участия. У истоков этих конференций стоял известный отечественный ономатолог Владимир Андреевич Никонов. Конференции «Ономастика Поволжья» являются эффективной формой обмена научной информацией, доведения результатов междисциплинарных ономастических исследований до широкой общественности, повышения квалификации молодых исследователей, базой подготовки ономатологов высокого уровня. Организаторами арзамасской конференции стали ведущие специалисты в данной отрасли отечественной науки профессор Л.А.Климкова (Арзамас) и профессор В.И.Супрун (Волгоград).
На конференции 2016 года, проходившей в г.Арзамасе, широко известном центре историко-культурных и научных традиций Поволжья, были представлены 127 докладов ономатологов, диалектологов, историков, краеведов, линговокультурологов и языковедов других научных направлений из 41 города России, а также были заявлены 22 доклада зарубежных участников из Польши, Украины, Белоруссии, Казахстана, Азербайджана, Индонезии. В отдельной секции были представлены доклады студентов, среди которых были представители Франции, КНР, Вьетнама, Туркменистана.
Самару и Самарский государственный социально-педагогический университет на этой конференции высокого уровня представили кандидат филологических наук, доцент кафедры русского языка, культуры речи и методики их преподавания филологического факультета Татьяна Евгеньевна Баженова и кандидат педагогических наук, магистрант 1 года обучения по направлению подготовки «Филология» Николай Валерьевич Беленов.
Их доклады прозвучали на секции «Проблемы топонимики».

В докладе Т.Е.Баженовой «Диалектные номинации в составе географических наименований на территории Самарского края», рассматривался вопрос о региональных особенностях лексико-семантических и топонимических систем, номинирующих природные реалии самарского Поволжья. В общерусских и диалектных лексемах тематических групп «Лес», «Водоём», «Рельеф», «Почвы», ставших основами ойконимов (названий населенных пунктов) Самарской области, нашли отражение главные свойства и признаки природного ландшафта региона и типологические признаки лексико-семантических диалектных систем материнских говоров.

В докладе Н.В.Беленова «Архаическая индоевропейская гидронимия в Среднем Поволжье» были совещены вопросы формирования, структуры и этноязыковой принадлежности гидронимов (названий рек) с формантом -ра. Молодым ученым сделана попытка синтеза лингвистических и археологических данных, косвенно подтверждающих гипотезу об индоевропейском происхождении данной группы топонимов.

В докладах других исследователей отразились активные процессы развития научной мысли не только в области ономастики, но и в других областях гуманитарных наук, динамика самой онимической системы как объекта исследования, а также разнообразие научных подходов. XV Международная научная конференция «Ономастика Поволжья» стала значительным научным событием в нашей стране и за рубежом.

Sunday, September 18, 2016

The politics and poetics of certain traditional circumstantial names: Sisaali culture of Ghana

http://www.ihs-humanities.com/the-politics-and-poetics-of-certain-traditional-circumstantial-names-sisaali-culture-of-ghana



Authors: Confidence Gbolo Sanka, Samuel Adu-Gyamfi, & Charles O. Marfo

This paper presents a literary study into certain circumstantial names in the Sisaala culture.  These circumstantial names are purely political in nature since they relate to how traditional authority is obtained and used in the Sisaala traditional setting. By using the theory of onomastics, the researchers are able to filter the history, values, aesthetics and the Sisaalas’ understanding of traditional authority (ethno-democracy) through these circumstantial names. The study reveals that circumstantial names in the Sisaala context that pertain to traditional authority are loaded in terms of semantics, history, politics and aesthetics. Circumstantial names can, therefore, be a source of knowledge that can shed light on contemporary problems that are related to the traditional power struggle in the Sisaala culture.

Keywords: History, onomastics, poetics, political rhetoric, Sisaala.


Confidence Gbolo Sanka, PhD. African and Oral Literatures, Department of English, Kwame Nkrumah University of Science and Technology (KNUST), Kumasi, Ghana. fikoff75@gmail.om
Samuel Adu-Gyamfi, PhD. Historical Studies, Department of History and Political Studies, Kwame Nkrumah University of Science and Technology (KNUST), Kumasi, Ghana. mcgyamfi@yahoo.com
Charles O. Marfo, PhD. Modern Languages, Dean Faculty of Social Sciences, Kwame Nkrumah University of Science and Technology (KNUST), Kumasi, Ghana. cmarfo@gmail.com

Wednesday, September 14, 2016

Xornada de Onomástica galega en Pontevedra

http://ilg.usc.es/agon/



A Real Academia Galega e a Deputación de Pontevedra organizan este sábado 17 de setembro unha Xornada de Onomástica galega no Museo Provincial de Pontevedra. O tema central deste encontro é a microtoponimia e a urxencia da súa recollida e preservación. Nesta ligazón pódese consultar toda a información sobre o acto.






Read here


Unha xornada para promover o rescate urxente dos microtopónimos

Galicia ten a cuarta parte dos nomes de lugar de toda España e catro mil máis ca todo Portugal, pero a preservación do importante herdo que é a nosa toponimia require intensificar a recollida dos nomes das veigas, vales, regueiros, montes, penedos, camiños ou fontes, antes de que morran os informantes que aínda os gardan na memoria. Co propósito de promover a indispensable colaboración cidadá interxeracional para salvar este patrimonio inmaterial, a Real Academia Galega e a Deputación de Pontevedra celebrarán o vindeiro sábado 17 de setembro a Xornada de Onomástica Galega, na que se exporán experiencias de recollida desenvolvidas desde distintos ámbitos, desde o educativo ata as comunidades de montes. O encontro, de entrada libre ata completar aforo, desenvolverase no Edificio Sexto do Museo de Pontevedra.

O público poderá ademais coñecer como funcionará a nova aplicación colaborativa, que se prepara desde a Xunta de Galicia, que permitirá que calquera persoa, a través de teléfonos con GPS, recolla e rexistre de maneira xeorreferenciada microtopónimos. "O que esta xornada busca é formar formadores que organicen grupos de xente que poñan no mapa todo o que saben, porque só a colaboración cidadá masiva, dos avós e dos netos, pode salvar este patrimonio", expresa o académico Xesús Ferro.

Ferro Ruibal salienta a singularidade da riqueza toponímica galega e explica o porqué: "O Nomenclátor de Galicia, que recolle os lugares habitados, consta de 37.308 rexistros, unha cuarta parte dos de toda España e uns 4.000 máis que os que suma Portugal. No caso dos microtopónimos, estimamos que os 500.000 que temos recollidos ata o momento son só un terzo dos existentes. Esta superabundancia de microtoponimia explícase porque Galicia foi historicamente un territorio moi vivido, aínda que agora se produza unha concentración da poboación nas cidades e estea a desaparecer o agro, o que significa unha importante ameaza para este patrimonio inmaterial".

Da talasonimia ás experiencias co alumnado
O programa da Xornada de Onomástica Galega arrincará ás 10 horas cun primeiro bloque de intervencións sobre catro exemplos de recollida de microtoponimia. Xosé Lois Vilar exporá o seu traballo de recuperación de talasonimia, a toponimia do mar, na costa de Baiona; Anxo Rodríguez achegará o exemplo da colaboración con comunidades de montes; Iván Sestay, o labor desenvolvido na zona urbana de Vigo e María Abelleira profundará no caso do concello de Pontevedra.

Ás 12:30 horas empezará unha segunda parte centrada en experiencias didácticas. Xulia Marqués explicará o proxecto Vedra medr@, unha aposta pola toponimia como eixe de dinamización lingüística e cultural nun centro educativo do rural galego; Valentina Formoso dará a coñecer o Proxecto Toponimia do IES Félix Muriel de Rianxo e Xoán Carlos García Porral, a recollida selectiva levada a cabo con alumnado de Silleda.

Xa pola tarde, Vicente Feijoo presentará os pormenores da nova aplicación informática creada pola AMTEGA, seguindo as indicacións do Seminario de Onomástica da Real Academia Galega, e que será a infraestrutura que artelle e visibilice toda a participación do voluntariado cultural. Pola súa banda, Gonzalo Navaza e Luz Méndez ofrecerán unha conferencia sobre como detectar a través de Internet os topónimos galegos en fontes documentais; Xermán García Cancela repasará a historia do Nomenclátor de Galicia e do inicio do Proxecto Toponimia Galega e o académico Antón Santamarina analizará o proceso e os criterios da actual revisión do Nomenclátor.

O encontro complétase cunha exposición, organizada por Ana Isabel Boullón, na que se amosarán materiais toponímicos, bibliográficos e audiovisuais. Os asistentes están convidados a achegar tamén os seus.

Pode descargar o programa da Xornada de Onomástica Galega nesta ligazón.







Tuesday, September 13, 2016

ICOS 26 (Debrecen, 2017) Call for Papers / Appel à contributions



Call for papers

26th International Congress of Onomastic Sciences / Internationalen Kongresses für Onomastik / Congrès International de Sciences Onomastiques.
27 August – 1 September 2017
University of Debrecen (Debrecen, Hungary)



Locality and globality in the world of names

The central topic of the congress is the linguistic position that proper names occupy in our present globalized world. Proper names as linguistic universals are an ancient linguistic category as old as language itself. They were probably created by the communicational situation in which, relying on linguistic signs fostering distinction, humans wanted to mark the things that were most important in their immediate environment. In fact, this ancient function is the most important reason for the existence and use of proper names even today. Nevertheless, at the same time, proper names may be the most characteristic linguistic representations of the global linguistic situation that has evolved up to our times. Communication in our times does not only make the ever more intensive use of proper names inevitable, but it also endows these with ever newer functions, continuously creating new types and sorts of names.
The wide-ranging central topic of the congress offers a number of possible approaches for speakers. Different questions of onomastic theory will come to the foreground, such as the situation of the variable relationships between particular types of names or their continuous interactions and changes. The presentation of the systematic character of names and their manifestation in different linguistic environments calls both for the study of phenomena and the accurate, thorough analysis of particular names. Besides the (historic and descriptive) aspects traditionally found in linguistics, new aspects may also be raised that have come to the fore over recent decades: e.g. socio- and psycho-onomastic or even cognitive frame sets; and, besides all these, even related disciplines, such as language policies or different approaches of applied science, may come to contribute to our knowledge concerning proper names.

The deadline for paper proposals is 31st October 2016. The programme will be finalised in December 2016.

Website: http://icos2017.unideb.hu/



Lokalisierung und Globalisierung in der Welt der Namen

Das zentrales Thema des Kongresses bildet die sprachliche Position, welche die Eigennamen in der heutigen globalisierten Welt einnehmen. Eigennamen sind als sprachliche Universalien eine Urkategorie, die ebenso alt ist wie die Sprache selbst. Ihr Entstehen war durch Kommunikationssituationen bedingt, in denen der Mensch mit individuellen sprachlichen Zeichen in seiner Umwelt die wichtigsten Dinge, aber auch Menschen und Lebewesen bezeichnen wollte. Diese Urfunktion ist auch heute noch die wichtigste Quelle für die Existenz und die Verwendung von Eigennamen. Damit sind Eigennamen die typischsten sprachlichen Vertreter der bis in die Gegenwart reichenden globalen sprachlichen Situation. Für die Kommunikation unserer Tage ist der immer häufigere Gebrauch von Eigennamen nicht nur unentbehrlich, zusätzlich werden auf sie laufend neue Funktionen übertragen, wodurch immer neue Namenarten und -typen entstehen
Das einen breiten Bogen überspannende zentrale Thema des Kongresses bietet viele Anknüpfungsmöglichkeiten für die Vortragenden. Im Vordergrund stehen verschiedene Fragen der Namentheorie, das Verhältnis der Namenarten und ihre laufenden Wechselbeziehungen und Transformationen. Die Darstellungen der Namenssystematik und deren Wiedergabe in einzelnen Sprachelementen können sowohl durch eine phänomenologische Untersuchung wie auch durch die gründliche Analyse einzelner Namen erfolgen. Neben den traditionellen sprachwissenschaftlichen (historischen und deskriptiven) Aspekten können auch erfolgreiche Standpunkte der letzten Jahrzehnte erscheinen. Ebenso können die sozio und psychoonomastischen oder die kognitiven Bedingungen und neben diesen Soziologie, Sprachpolitik und die Beziehungen zu den angewandten Wissenschaften die Kenntnisse über die Eigennamen erweitern.

Der Termin für die Abgabe der Vorschläge ist der 31. Oktober 2016. Das Programm wird im Dezember 2016 zusammengestellt.

Homepage: http://icos2017.unideb.hu/


 


Localité et globalité dans l’univers des noms

Le thème central du congrès porte sur la situation linguistique des noms propres dans notre monde global actuel. Le nom propre comme universel linguistique est une catégorie linguistique ancestrale aussi ancienne que la langue. Il est le fruit des situations de communication dans lesquelles l’homme a voulu, par des signes linguistiques particuliers, désigner des choses, des personnes ou des organismes importants dans son environnement immédiat. Cette fonction ancienne constitue, encore aujourd’hui, la plus importante source de l’existence et de l’usage des noms propres. Ces noms sont en cela les représentants linguistiques les plus caractéristiques de la situation linguistique globale qui s’est développée jusqu’à présent. Non seulement la communication de nos jours ne peut se passer de l’usage accru des noms propres, mais elle leur transfère continuellement de nouvelles fonctions, créant ainsi de nouveaux genres et types de noms.
Le thème central du congrès couvre un large spectre et permet aux conférenciers d’appliquer des approches très diverses. En priorité les différentes questions de la théorie onomastique, les rapports entre les catégories de noms, ainsi que leurs interrelations et interactions actuelles. Les représentations de la systématique des noms et de leur reproduction en éléments linguistiques particuliers peuvent susciter autant des études de phénomènes qu’une analyse approfondie de certains noms. Outre les aspects (historiques et descriptifs) traditionnellement basés sur la linguistique, des points de vue émergés ces dernières années peuvent également être présentés. De même, les conditions socio- ou pyscho-onomastiques et cognitives peuvent élargir les connaissances sur les noms propres, à côté de celles de la sociologie, de la politique linguistique et des relations avec les sciences appliquées.

Le délai pour envoyer les résumés est le 31 octobre 2016. Le programme sera finalisé en décembre 2016.

Site internet: http://icos2017.unideb.hu/


Thursday, September 8, 2016

Pourquoi parler de «prénoms français» comme Éric Zemmour n'a aucun sens

http://www.slate.fr/story/123137/prenoms-francais-origine-usage



« Tous les prénoms français sont issus du brassage culturel et des vagues migratoires qu’à connu la France depuis ses débuts –et même bien avant que notre pays ne devienne celui que nous connaissons aujourd’hui. (...)

Dans Le Nom des gens, film de 2010 traitant des questions d’identité, Bahia (Sara Forestier) et Arthur (Jacques Gamblin) décident de donner à leur nouveau-né un prénom asiatique, ce qui n’est pas du tout leur culture, afin de montrer que l’origine des prénoms n’est finalement qu’une question politique. (...)

Viendra peut-être un temps où Fatima, Mehmet, Santiago, Fatoumata, Yoko, Li, Wladislaw, Pilar ou Vito seront intégrés dans les prénoms français, n’en déplaise à Monsieur Zemmour. »

Lisez la suite - suivez le lien)))

« Karim vote à gauche et son voisin vote FN » dirigé par Jérôme Fourquet

http://www.polemia.com/karim-vote-a-gauche-et-son-voisin-vote-fn-dirige-par-jerome-fourquet/



Etienne Lahyre, haut fonctionnaire, analyste politique

L’ouvrage collectif dirigé, et principalement écrit, par Jérôme Fourquet, directeur du Département opinion et stratégies d’entreprise de l’institut IFOP, a un mérite principal : celui de confirmer de manière scientifique le caractère particulièrement homogène du vote arabo-musulman.

Les auteurs se sont, en effet, fondés sur la méthode onomastique (correspondant à une analyse des prénoms) afin d’isoler et de mesurer ce vote dans sept communes (Marseille, Roubaix, Toulouse, Perpignan, Aulnay-sous-Bois, Mulhouse et Creil) pour l’élection présidentielle de 2012 et les élections municipales de 2014. Des entretiens individuels sont venus compléter les analyses quantitatives.

C’est déjà l’institut IFOP qui avait élaboré l’enquête selon laquelle 86% des musulmans avaient voté Hollande au second tour en 2012, et que c’était ce « sur-vote » qui avait permis l’élection du candidat socialiste. Aucune autre catégorie de population n’avait voté de manière aussi massive en faveur d’un candidat, ou plutôt contre un autre. Car, nous le savons, c’est d’abord contre Nicolas Sarkozy que les Français, et plus encore l’électorat arabo-musulman, ont voté.
D’aucuns ont tenté de faire accroire que la défaite de Sarkozy avait été causée par la ligne Buisson et par la « stigmatisation » de cet électorat ; l’ineffable Bruno Le Maire s’était demandé, à propos des quartiers que la novlangue qualifie désormais de « populaires », « Pourquoi les gens qui ont l’habitude de nous faire confiance ne l’ont pas fait cette fois-ci ». L’objectif des Le Maire, Baroin et autres NKM était clair : montrer que l’hostilité de l’électorat arabo-musulman à l’égard de la droite parlementaire était récente, fondée sur le rejet d’une personne et donc non structurelle. L’ouvrage de Jérôme Fourquet démontre l’inanité de chacun de ces termes de l’analyse.

Un électorat anciennement et structurellement hostile aux droites

En effet, à partir d’un cumul d’enquêtes menées entre 1988 et 2001 (c’est-à-dire la période où la droite était dominée par Jacques Chirac), l’IFOP estime que les musulmans sont 46% à se situer à gauche, 36% ni à gauche, ni à droite, 12% au centre et 4% à droite. Dans l’enquête RAPFI (Rapport au politique des Français issus de l’immigration) de 2005, 76% des Français d’origine maghrébine, africaine et turque sont proches d’un parti de gauche. Les auteurs affirment ainsi sans ambiguïté que « Ce tropisme à gauche n’est pas conjoncturel puisqu’on le retrouve sur près de vingt ans de politique française et à partir de sources diverses ».
Le tableau suivant est particulièrement éclairant :
L’évolution du vote des musulmans au premier tour en 2002, 2007 et 2012

Présidentielle de 2002Présidentielle de 2007Présidentielle de 2012
Extrême gauche + PC191021
PS + alliés495857
Verts1132
Bayrou2156
Droite1787
Boutin/Villiers/Dupont-A.122
Extrême droite114
Autres31

Le vote des musulmans évolue finalement assez peu entre 2002 et 2012 : le bloc des gauches (80% en 2012) se montait déjà à 79% en 2002.
A la présidentielle de 2012, 29% des ouvriers/employés ont voté en faveur de Marine Le Pen, 27% pour François Hollande ; mais si l’on isole la composante musulmane de cet électorat, celle-ci se prononce à 63% en faveur du candidat socialiste (5% pour MLP). Ce chiffre démontre à lui seul qu’au sein d’une même classe sociale, le critère ethnoculturel détermine les préférences politiques.
Si l’on considère le vote des Français ayant au moins un parent ou un grand-parent né dans un autre pays d’Europe, on constate, à l’inverse, peu de différences avec le vote de l’ensemble des Français : le bloc de gauche obtient 44% (44% pour l’ensemble des Français), Bayrou 11% (9%), Sarkozy 22% (27%) et Marine Le Pen 22% (18%). Ces chiffres favorables à la candidate frontiste confortent l’idée que ces Français, souvent totalement assimilés à la communauté nationale, sont plus exigeants vis-à-vis des nouveaux entrants et affirment leur volonté de voir ceux-ci respecter les us et coutumes français comme l’avaient fait leurs ancêtres.

François Hollande, le président des musulmans

En ce qui concerne les résultats obtenus à Marseille, Jérôme Fourquet affirme que :
« Le calcul des coefficients de corrélation entre les scores à la présidentielle des différents candidats et la proportion de personnes portant des prénoms d’origine arabo-musulmane inscrite sur les listes électorales dans les bureaux de vote marseillais fournit des résultats spectaculaires. Les coefficients (positifs ou négatifs) sont très élevés et l’on n’observe quasiment jamais de tels niveaux en analyse électorale, par exemple, quand on recherche des corrélations entre votes et catégories professionnelles. »

Concrètement, plus la proportion de personnes d’origine arabo-musulmane (AM) est élevée, plus le vote Mélenchon, et surtout le vote Hollande et l’abstention sont élevés ; et, inversement, la participation, et les votes Bayrou et Sarkozy diminuent. Le vote Marine Le Pen est quant à lui assez faiblement corrélé avec la proportion de personnes d’origine arabo-musulmane. Mais le détail des chiffres est intéressant : quand un bureau de vote marseillais ne recense quasiment aucune personne d’une telle origine, Marine Le Pen obtient en moyenne 18.6% (chiffre en deçà du résultat obtenu sur la ville de Marseille, 21.2%, mais élevé tout de même) ; au fur et à mesure que la proportion de personnes d’origine arabo-musulmane augmente, le vote FN décolle. Le pic (30%) est obtenu dans les bureaux qui comportent 15% de personnes d’origine arabo-musulmane. Après il décroît : 16% dans les bureaux où 35 à 50% des inscrits sont AM, 9.3% quand ceux-ci sont majoritaires.

Au second tour, Sarkozy arrive en tête dans presque tous les bureaux de vote comptant moins de 2% d’inscrits AM, dans 80% de ceux qui en comptent entre 2 et 8% ; dès lors que les AM représentent plus de 15% des inscrits, Hollande remporte systématiquement le bureau de vote en question.
Dans les six autres communes analysées, les conclusions tirées du cas marseillais sont confirmées. Ainsi, à Toulouse, Hollande remporte l’intégralité des bureaux de vote comptant plus de 7% d’inscrits AM ; à Mulhouse, c’est à partir de 18% d’inscrits AM que le candidat socialiste remporte tous les bureaux.
La droite se heurte dans les grandes villes au même phénomène que celui qui avait poussé Marie-France Stirbois à quitter Dreux au début des années 2000 : l’évolution de la composition ethnoculturelle de la ville rendait celle-ci ingagnable pour le Front national.

Les musulmans sont-ils passés à droite aux élections municipales de 2014 ?

A Marseille, la corrélation entre proportion d’inscrits AM et vote PS reste forte mais s’érode nettement par rapport à la présidentielle ; plus celle-ci est forte, plus les listes PS de Menucci perdent des points par rapport au résultat de premier tour de Hollande : -6.8 points dans les bureaux comptant moins de 11% d’AM ; -26.7 points dans ceux où ils sont majoritaires. Et cette évaporation s’effectue au profit de l’abstention, qui progresse de 23 points dans la première catégorie de bureaux et de 30.5 points dans la seconde. A noter également que la liste de l’ancien président de l’OM, d’origine sénégalaise, Pape Diouf, voit son score progresser au fur et à mesure que la proportion d’AM augmente : 4.8% des voix dans la première catégorie de bureaux, 13.8% dans la seconde.

Dans le septième secteur de Marseille, conquis de haute lutte en triangulaire par le FN Stéphane Ravier, le candidat frontiste remporte quasiment tous les bureaux comptant moins de 11% d’AM, mais ne peut l’emporter que dans un seul des 17 bureaux où la part d’AM est supérieure à 35%. Le sur-vote FN se retrouve dans les bureaux limitrophes de quartiers à forte population AM et/ou comorienne.
Trois des sept villes analysées sont passées à droite aux municipales de 2014 : Aulnay-sous-Bois, Toulouse et Roubaix.

A Aulnay-sous-Bois, François Hollande avait obtenu 62.7% des voix en 2012 ; le maire PS sortant est très nettement battu aux municipales de 2014 en n’obtenant que 39.3% des voix dans le duel qui l’opposait au candidat UMP. On constate le même phénomène qu’à Marseille : plus les AM sont proportionnellement nombreux, moins l’UMP a de chances de l’emporter. Mais tandis que Sarkozy ne l’emportait que dans les bureaux comprenant moins de 11% d’AM, le candidat UMP aux municipales l’emporte dans ceux qui comptent jusqu’à 21% d’AM. C’est donc bien plus l’effet classique résultant du mécontentement exprimé dans le cadre d’élections intermédiaires qui a contribué à la défaite du maire PS que des transferts hypothétiques de voix AM en direction de son adversaire. Le candidat PS a retrouvé 48% du total des voix obtenus par Hollande : dans les bureaux de la ville où les AM sont majoritaires, ce chiffre se monte à 62% alors qu’il n’est que de 37% dans ceux comptant moins de 10% d’AM.
A Toulouse, le phénomène est inverse : dans les bureaux comptant moins de 2% d’AM, le maire PS retrouve 64% des voix de Hollande ; mais seulement 37% de ce total dans les bureaux affichant plus de 35% d’AM.

Mais, dans ces deux villes, les gains de la droite par rapport à la présidentielle, pour significatifs qu’ils soient, ne correspondent qu’à une petite partie des pertes de la gauche. C’est d’abord l’abstention, plus que les transferts de voix, qui a causé la défaite de la gauche.

A Mulhouse comme à Aulnay, c’est dans les quartiers AM que la participation augmente le plus d’un tour à l’autre, uniquement au profit de la gauche, mais sans toutefois lui permettre de l’emporter.

A Perpignan, les auteurs affirment sans ambages que le vote est « polarisé autour du clivage ethnique ». Le candidat PS n’obtient que 12% des voix, tandis que le maire de droite sortant obtient ses meilleurs scores dans les quartiers AM. A la différence des autres villes, le FN est en position de force à Perpignan : la victoire de son candidat Louis Aliot était une hypothèse sérieusement envisagée. L’électorat AM a voté « utile », c’est-à-dire pour le candidat le mieux à même de battre le FN, dès le premier tour : les mêmes comportements s’observaient à Dreux dans les années 1990. Inversement, la partie de la droite parlementaire la plus hostile à l’immigration a voté Aliot : l’intensité de sa progression a été la plus forte dans les bureaux les moins AM, qui votent UMP aux élections nationales. Après le retrait du candidat de gauche, le deuxième tour voit s’affronter le maire sortant et Louis Aliot. La participation progresse de 5.8 points sur l’ensemble de la ville, de 9 à 10 points dans les strates de bureaux à plus forte population AM. Dans le bureau comptant le plus d’électeurs AM, le score du maire sortant progresse de 35 points !

La ville de Creil est sans doute celle dont les comportements électoraux constituent une préfiguration de ce que notre pays est amené à connaître. Creil est une ville de 34.000 habitants, qui fut le théâtre de la première affaire du foulard en 1989. Le principal de collège qui révéla l’affaire fut ensuite député de la circonscription entre 1993 et 1997. Jean-Marie Le Pen y obtenait 26% à l’élection présidentielle de 1995 (Jospin obtenant quant à lui 27%) ; 17 ans plus tard, Marine Le Pen n’obtient plus que 17,5% (1.000 voix de moins que son père), quand Hollande caracole en tête avec 46% (2.000 voix de plus que Jospin). L’explication principale de cette évolution électorale tient à la composition de la population : 32% des inscrits sur les listes électorales sont AM ; ils côtoient une population importante originaire d’Afrique subsaharienne (dont les auteurs n’indiquent pas la proportion exacte).

Trois listes principales s’affrontent au deuxième tour des élections municipales :
  • La liste de la droite et du centre compte trois colistiers sur 39 d’origine AM et a fait campagne essentiellement en direction de la population d’origine française et européenne vivant au nord de la ville ; elle obtient tous ses bons résultats dans les bureaux les moins AM (résultat global de 25.7%) ;
  • La liste du maire sortant PS (40%) ; 20 colistiers d’origine AM ;
  • Enfin, une liste « Génération Creil » (http://www.generationcreil.fr/projet) menée par Hicham Boulhamane, ancien adjoint PS parti en dissidence (35.7%) ; 27 colistiers d’origine AM ; clairement communautariste.

Voter pour les plus faibles

L’élément le plus important tient à la stratégie d’Hicham Boulhamane, que nous pensons être partagée et prochainement mise en œuvre par un certain nombre de ses coreligionnaires, et qui s’apparente à la Taqyia islamique : Utiliser la gauche, militer en son sein tout en s’abstenant de prendre position sur des sujets de société tels que la Loi Taubira que l’électorat AM voue aux gémonies, et sortir du bois dès que le rapport de force démographique devient réellement favorable.
Jusqu’à maintenant, les populations AM étaient à la gauche française ce que les Noirs sont aux démocrates américains : un électorat captif qui prévient toute victoire du camp adverse dans les territoires où il est en nombre suffisant.
Lors de l’élection du président de la République en 1887, Clemenceau avait lancé sa fameuse boutade : « Je vote pour le plus bête ! ». Il semble que le comportement électoral des musulmans ait consisté jusqu’à maintenant à voter pour les plus faibles : la gauche des curés xénophiles, qui a substitué l’immigré à la figure du prolétaire « bien de chez nous » qu’elle méprise depuis qu’il lui a fait faux bond en 1968. Cette gauche héritière de Bourdieu et Foucault, qui voit le monde par le prisme exclusif de la « domination », considère que l’immigré extra-européen a été, est, et sera toujours un dominé ; et qu’à ce titre il doit être défendu envers et contre tout.
Tel est le fondement premier de la pensée des islamo-gauchistes. Mais ceux-ci ne sont en réalité que les idiots utiles de l’islam : si dans un territoire donné, les électeurs AM acquièrent un poids tel qu’ils sont à même de faire l’élection à eux seuls, quel intérêt auraient-ils de continuer à voter pour un candidat de gauche ?
Les Noirs américains, présents aux Etats-Unis depuis plusieurs siècles, ne mènent pas un combat de type culturel : dans leur grande majorité, ils souhaitent progresser dans l’échelle sociale, notamment grâce à l’affirmative action (discrimination positive) dans une société dont ils ne contestent pas les fondements (hormis les héritiers de Malcolm X et de Farrakhan qui sont relativement peu représentatifs). A ce titre, la ligne politique des démocrates répond tout à fait à leurs attentes.
En revanche, l’enjeu essentiel pour une part croissante de l’électorat AM en France consiste à faire triompher ses valeurs, sa vision du monde inspirée par l’islam : les combats en faveur du voile et désormais du « Burkini », des menus Halal, de l’enseignement de l’arabe à l’école, de l’instauration de jours fériés musulmans, de « la liberté du salarié de manifester ses convictions, y compris religieuses » (article qui figure dans la loi El Khomri) procèdent tous de la même logique : pas celle de l’égalité, celle de la conquête.

Redevenir souverains pour garder notre identité

 Pour conquérir, il faut saper les identités nationales. Les études électorales consécutives au « Brexit » du 23 juin dernier ont révélé que 70% des musulmans avaient voté en faveur du « remain », c’est-à-dire pour le maintien de la Grande-Bretagne dans une Union européenne, libérale-libertaire, fondée sur la religion des droits de l’homme et la souveraineté de l’individu (valeurs bien éloignées de l’islam) mais dont l’objectif principal est surtout la destruction des Etats-nations qui la composent, de leur souveraineté et de leurs défenses immunitaires. L’Europe a un credo : le refus de l’ennemi, le pacifisme intégral comme vertu cardinale. Ses habitants lobotomisés, dévirilisés, persuadés que l’UE les conduit vers un paradis post-historique, feraient d’excellents dhimmis, bien plus aisément soumissibles que des citoyens d’un Etat-nation libre et souverain. Les musulmans britanniques ont voté pour les européistes, pour les plus faibles.
Pour ceux qui en doutaient encore, la défense de l’identité nationale française est intimement liée au combat en faveur de notre souveraineté. Sous couvert de lutte contre les discriminations, l’Union européenne et la Cour européenne des droits de l’homme imposent progressivement une préférence étrangère de fait. Elles sont les premiers agents pathogènes du sida mental qui détruit les anticorps des nations et des peuples. Elles privent les Etats de toute marge de manœuvre en ce qui concerne la politique migratoire. Pour pouvoir redevenir elle-même, la France doit d’abord quitter l’Union européenne et dénoncer la Convention européenne des droits de l’homme.
Etienne Lahyre

28/08/2016
Direction Jérôme Fourquet, préface de Gilles Finchelstein, Karim vote à gauche et son voisin vote FN, Editions de l’Aube, collection « L’urgence de comprendre », novembre 2015, 192 pages.



Correspondance Polémia – 4/09/2016

The Evolution of US Boy Names: Bubbled

The Evolution of US Girl Names: Bubbled

Rencontre internationale "Noms et professions"

"Noms et professions"

20 et 21 octobre 2017



Leipzig, Universitätsarchiv

Invitation et „call for papers“

Comme aucune autre catégorie lexicale ou onymique peut-être, les désignations d’activité professionnelle ou d’état social se situent entre lexique général (désignation) et noms de personne et leur contour social (nom propre). Elles font l’objet de plusieurs domaines de recherche: de la lexicologie (historique), des „Realia“ et de l’onomastique. Cette corrélation peut se résumer dans la formule „Wörter und Namen“ (Les mot et les noms), pour les métiers davantage peut-être que pour les noms „délexicaux“ en général.

L’intérêt pour les relations entre professions et noms propres est probablement plus prononcé du côté de l’onomastique, dans la mesure où la thématique dépasse de loin la fonction lexicale. L’explication du nom doit pourtant partir de l’histoire du mot. Pour le lexicographe est importante la documentation d’un mot, moins la fonction onymique qui dépasse le contexte appellatif.
Cette rencontre se propose de faciliter le dialogue entre les deux disciplines. Les points de départ pourraient être, parmi d’autres, le „Glossar der altromanischen Berufs- und Standesbezeichnungen (GlossProf)“ ou le volume 5 du „Deutscher Familiennamenatlas“.

(Voir, dernièrement, Dieter Kremer, „Berufe und Namen“, in: Namenkundliche Informationen 103/104 (2014) 413-479, et Konrad Kunze / Damaris Nübling (Hg.): Deutscher Familiennamenatlas, Band 5: Familiennamen nach Beruf und persönlichen Merkmalen, von Fabian Fahlbusch, Simone Peschke, Berlin/Boston 2016 („Die Familiennamen im vorliegenden Band beruhen daher ausschließlich auf nicht-onymischem Material, auf Substantiven, Adjektiven oder Verben, wie sie in der gesprochenen Sprache des späten Mittelalters in Gebrauch waren. Damit stellt der Band ein neues Quellenwerk für die Sprachgeschichte insbesondere unter arealer Perspektive dar (…)“, XXIII).

L’énumération suivante de thématiques possibles (qui pourra être élargie ou précisée à tout
moment) sert de première approche et de structure de la rencontre. En cas d’inscription, nous
vous prions d’indiquer la section ou de proposer une autre thématique.

A. Documentation onymique historique (nomination individuelle vs listes onymiques)

B. Dénomination professionnelle lexicale vs surnom individualisant (y compris le passage
vers le nom de famille héréditaire)

C. Majuscule et minuscule pour les surnoms “parlants” (transmission historique vs critères
d’édition)

D. Noms de métiers dans la toponymie (noms collectifs)

E. Le traitement onomastique des noms de profession dans les dictionnaires
onomastiques.

F. Noms de profession et histoire sociale

G. Autour de la formation historique et morphologique des désignations de métiers et
d’activité (formations déverbales, dénominales, syntactiques, et autres)

H. Le traitement lexicographique des désignations et noms de professions

I. Classifications actuelles des noms de profession: inventaires nationaux vs européens.

Si vous êtes intéressé, nous vous prions de nous faire parvenir, avant le 31 décembre 2016 (kremer@uni-trier.de), un thème proposé accompagné d’un bref résumé. La présentation orale
est en principe limitée à 20 minutes, la version écrite pourra dépasser cette limite. La remise
du manuscrit définitif est fixée au 30 novembre 2017
. Les Actes seront publiés au printemps 2018 dans la série Onomastica Lipsiensia. Les détails pour la présentation du manuscrit suivront
en temps utile.

Les langues de la Rencontre et de la publication sont l’allemand, l’anglais, le français et
l’espagnol. Nous vous remercions pour la diffusion de cette première annonce!

Wednesday, September 7, 2016

Le choix des prénoms des enfants de migrants

http://coulmont.com/recherche/

Plans de recherche onomastique de Prof. Baptiste Coulmont



Pendant l’année 2016-2017, je suis en délégation pour recherches à l’INED, l’Institut national d’études démographiques. Le but de cette année de travail est de comprendre, à partir de l’enquête Trajectoires et Origines (TeO), le choix des prénoms des enfants de migrants, en France.

Quels prénoms ?

Depuis le 1er septembre, et pour un an — jusque fin août 2017 donc —, je suis en délégation pour recherches à l’INED. Mon travail va porter sur les prénoms que les immigrés (et les descendants d’immigrés) donnent à leurs enfants, à partir de l’enquête TeO. C’est une étude que j’avais commencée il y a quelques […]

L’accès sécurisé aux données

Jusque dans les années 1960-1970, l’accès aux données administratives était relativement facile aux sociologues. Depuis le développement des législations protégeant la vie privée des acteurs sociaux, c’est plus compliqué. Heureusement, la plupart du temps, la sociologue n’a pas besoin d’informations comme le revenu déclaré par les individus et les ménages habitant telle adresse. Mais parfois, […]

Changer de prénom (article du Monde)

Si vous arrivez ici suite à l’article du Monde (daté du 24 avril 2012), voici quelques précisions sur mon travail. Comme précisé dans la partie Recherche du site, je mène actuellement une recherche sur les changements de prénoms dans le cadre d’une convention avec la Mission de recherche droit et justice. Cette recherche est centrée […]

La défrancisation

Il est possible de franciser ses prénoms et son nom de famille en acquérant la nationalité française. C’est une procédure à la signification ambigüe : d’un côté elle permet à des citoyens de ne plus être perçus — à distance — comme des étrangers; de l’autre elle manifeste une sorte de “nationalisme onomastique” [on appelle […]

Prénoms et immigration : Les enfants de Mohamed et Larbia Dupont s’appellent Yanis et Ines

Quels prénoms les immigrés donnent à leurs enfants ? Plusieurs articles ont paru récemment sur le sujet (Arai et al. 2009; Becker 2009; Gerhards et Hans 2009; Valetas et Bringé, à paraître; Sue et Telles 2007). Deux sur la France, deux sur l’Allemagne, un sur les USA. Voici quelques mots, un peu dans le désordre. […]

Bouts de marabouts

Fonds de tiroirs, à vider avant les vacances. Flyers de marabout… Un peu de cartographie, extraite d’un ouvrage de Liliane Kuczynski : C’est là un bel exemple d’utilisation sociologique d’un corpus. Il faudrait voir si, entre 1993 et aujourd’hui, la dispersion des marabouts à Paris a été modifiée… Des collections systématiques de flyers devraient permettre […]

La francisation

Il est possible, au moment d’être naturalisé français, de demander la “francisation” de son prénom (ou de son nom de famille). Quelques 6% des naturalisés, au milieu des années 2000, acceptent cette francisation : le plus souvent, c’est le prénom qui est francisé.


Tuesday, September 6, 2016

International conference "Names and Professions"


Names and Professions


International scientific meeting


20th and 21st October 2017

Leipzig, Universitätsarchiv





Invitation and call for papers


Probably more than any other category of words and/or names, the professional or occupational designations as well as the denominations of the official and social status are situated between general vocabulary (designation) and personal names and their social environment (proper names). They are object of two fields of research: (historical) lexicography and “realia” and onomastics. Their interrelation can be summarized as Wörter und Namen, in the case of occupational names maybe even more than in “delexical” surnames in general.

The interest in the correlation between occupations and personal names possibly is more pronounced from the onomastic point of view, as the matter goes far beyond its lexical function. However, to explain names the precise knowledge of word history is indispensable. Lexicographers focus rather on the name documentation than on the function of the designation going beyond the appellative context.

This meeting aims at inciting a dialogue between the two fields of research. The starting points are, among others, the project the „Glossar der altromanischen Berufs- und Standesbezeichnungen (GlossProf)“ or the 5th volume of the “Deutscher Familiennamenatlas”.



In the following, possible subject areas (which can obviously be extended or refined) that serve as an initial approach and structure of the conference, are listed. If you want to submit a paper/ talk/ lecture, please specify the chosen subject area.

A. Onymic documentation (individual mention vs. name lists)

B. Lexical occupational names vs. individualizing surnames (including the transition towards a hereditary „family name“)

C. Upper case and lower case spelling of „speaking“ surnames (historical documentation and editorial principles)

D. Occupational names in place names (collective names)

E. Onomastic treatment of occupational names in onomastic dictionaries

F. Naming after occupation and social history

G. Historical and morphological creation of professional and occupational names (specially deverbal, denominal, and syntactical word formation)

H. The lexicographic treatment of occupational designations and occupational names

I. Modern classifications of occupations: national directories vs European nomenclature

The organizers invite all interested parties to forward the topic of their talk with a short exposition to kremer@uni-trier.de until 31 December 2016. The speakers are requested to limit the time of their talk to 20 minutes, the print version may be more detailed. The print manuscript should be submitted on 30 November 2017 at the latest. The documents will be published in the series Onomastica Lipsiensia in spring 2018. Details regarding the submission of manuscripts will follow in due course.

The working languages will be German, English, French and Spanish. We kindly ask you to distribute this first announcement.

For mor information about occupational surnames see most recently Dieter Kremer, „Berufe und Namen“, in: Namenkundliche Informationen 103/104 (2014) 413-479, und Konrad Kunze / Damaris Nübling (Editor): Deutscher Familiennamenatlas, Volume 5: Familiennamen nach Beruf und persönlichen Merkmalen, von Fabian Fahlbusch, Simone Peschke, Berlin/Boston 2016 („The surnames in the present volume are therefore not exclusively based on non-onymatic material, nouns, adjectives or verbs, as The surname in this volume therefore based solely on non-onymischem material on nouns, adjectives or verbs, as they were in use in the spoken language of the late Middle Ages.. Thereby, this present volume represents a new source for language history, particularly from an areal perspective (…)“, XXIII).

The Thirteenth International Conference on Jewish Names

http://eurojewishstudies.org/homepage-announcements/call-for-papers-the-thirteenth-international-conference-on-jewish-names-jerusalem-6-10-august-2017/




Call for Papers

Bar-Ilan University

The Israel and Golda Koschitzky Department of Jewish History

The Project for the Study of Jewish Names

Announce

The Thirteenth International Conference on Jewish Names

The conference will be held as part of The Seventeenth World Congress of Jewish Studies, which will take place from August 6-10, 2017 at The Hebrew University of Jerusalem, Mount Scopus Campus, Israel.



Call for Papers

The conference committee welcomes papers on all aspects of Jewish onomastics (personal names, family names, epithets and place-names) from the biblical period through the modern age, representing all Jewish communities world-wide and from all fields of research, including Judaic studies, linguistics, literature, sociology, anthropology, genealogy, and toponymics. Papers will be given in Hebrew and English.

Scholars who wish to present papers are requested to send a 200 word abstract, clearly stating contribution, a selected bibliography, and a brief academic profile to the address listed below no later than November 30, 2016.

For further information please contact:

Professor Aaron Demsky
Director, Project for the Study of Jewish Names
E-mail: Aaron.Demsky@biu.ac.il

Steering Committee: Dr Yigal Levin, Dr Tsvi Sadan and Dr Stephanie Ginensky

All participants must register for the 17th World Congress of Jewish Studies. However participants in the names conference may also present an additional paper in another section of the Congress. For further information regarding registration, see: http://www.jewish-studies.org;

jewishst@vms.huji.ac.il, tel. +972-2-5325842

ВТБ24 провел ономастический анализ своих клиентов

http://bankinform.ru/news/SingleNews.aspx?newsid=82274

Самыми успешными вкладчиками становятся Алексеи и Екатерины




Накануне Дня знаний специалисты Уральского филиала ВТБ24 провели полушутливое исследование. Они выяснили, какие имена «помогают» людям добиться наибольшего успеха в сфере сбережений.

Несерьезным был только предмет исследования, но отнюдь не его механизм. Ономастическому анализу (ономастика - наука об именах собственных) подверглись данные свыше 25 тыс. вкладчиков. В итоге удалось установить, что наибольшей средней суммой вклада обладают Алексеи и Екатерины. В меньшей степени, но тоже хорошо получается зарабатывать и копить деньги у Михаилов, Павлов, Дмитриев, Андреев, Ирин, Людмил, Елен и Татьян. «Не благоприятствуют» сбережениям имена Юрий, Вячеслав, Виктор, Нина, Мария, Галина.
Попутно исследователи отметили и вполне серьезный момент: женщин среди вкладчиков больше (порядка 55%), но на них приходится лишь 45% от совокупного объема привлеченных средств. Мужчины приносят во вклады примерно в полтора раза больше денег, чем женщины.


Monday, September 5, 2016

The Postcolonial Condition of Names and Naming Practices in Southern Africa

http://www.cambridgescholars.com/the-postcolonial-condition-of-names-and-naming-practices-in-southern-africa



Editor(s):Oliver Nyambi, Tendai Mangena, Charles Pfukwa
                      
Contributors: Herbert Mushangwe, Zvinashe Mamvura, Kelvin Mambwe, Sambulo Ndlovu, Tendai Mangena, Nhlanhla Landa, Oliver Nyambi

Subject: Cultural Studies

Book Description

The Postcolonial Condition of Names and Naming Practices in Southern Africa represents a milestone in southern African onomastic studies. The contributors here are all members of, and speakers of, the cultures and languages they write about, and, together, they speak with an authentic African voice on naming issues in the southern part of the African continent. The volume’s overarching thesis is that names are important yet often underestimated socio-politico-cultural sites on which some of the most significant events and processes in the post-colony can be read. The onomastic topics covered in the book range from the names of traditional healers and male aphrodisiacs to urban landscapes and street naming, from the interface between Chinese and African naming practices to the names of bands of musicians and mini-bus taxis. There is a strong section on literary onomastics which explores how names have been variously deployed by southern African fiction writers for certain semantic, aesthetic and ideological effects. The cultures and languages covered in this volume are equally wide-ranging, and, while some authors focus on single languages and cultures (for example Thembu, Xhosa, Shona), others look at inter-cultural influences such as the influence of the Portuguese and Chinese languages on Shona naming.



Written by Professor Adrian Koopman
Emeritus Professor, University of KwaZulu-Natal

Hardback

ISBN-13: 978-1-4438-9691-7
ISBN-10: 1-4438-9691-8
Date of Publication: 01/09/2016


Pages / Size: 410 / A5
Price: £68.99

Biography

Dr Oliver Nyambi lectures in the Department of English at the University of the Free State’s QwaQwa Campus in South Africa.

Dr Tendai Mangena is currently an Alexander von Humboldt Fellow in Postcolonial Literary and Cultural Studies at Bremen University in Germany.

Professor Charles Pfukwa is the Dean of Social Sciences and Humanities at Bindura University of Science Education in Zimbabwe, and a Research Fellow in the Department of Linguistics at the University of South Africa.

Product reviews for The Postcolonial Condition of Names and Naming Practices in Southern Africa

"From age-old traditions to contemporary innovations, this extremely well-researched reference offers a fascinating look into the dazzling diversity of southern African naming. The unusual scope of this impressive scholarly collaboration makes it an outstanding reference not only for onomastic experts, but also for readers interested in anthropology, economy, sociology, history, geography, literature, and politics."

Dr Iman Laversuch Nick

Sociolinguist at the University of Cologne, Germany; President of the American Name Society and the Germanic Society for Forensic Linguistics

                      
"The importance of this volume lies in its focus on the study of names and naming in the southern hemisphere of the African continent in a postcolonial context. The originality and complexity of this book is provided by the exploration of the phenomenon from within, by specialists who have experienced postcolonial onomastic reality, which is not only reflected in anthroponyms and toponyms, but also in literary onomastics and brand names."

Oliviu Felecan
Associate Professor (Reader) at the North University Centre of Baia Mare, Technical University of Cluj-Napoca, Romania; co-editor of Onomastics in Contemporary Public Space and Unconventional Anthroponyms: Formation Patterns and Discursive Function